hg S’enregistrer Bac Tunisie Algorithmique et programmation : BAC INFORMATIQUE En Tunisie forum informatique Tunisie

Bac Tunisie Algorithmique et programmation : BAC INFORMATIQUE En Tunisie  forum informatique Tunisie Index du Forum

hg Bac Tunisie Algorithmique et programmation TIC réseaux php javascript sql access activités programmation c
hg
FAQ FAQ Rechercher Rechercher Membres Membres Groupes Groupes Profil Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Messages Privés Connexion Connexion


 Forum de l'excellence et l'excellence en innovation 
Pour participer à notre Forum, vous devez
 
inscrire sur notre forum a partir d'ici
 
  NB :
Les membres ''zéro messages'' seront supprimés automatiquement après un nombre de jours donné !!!!
             
   
 
  
forum d'aide informatique : internet, réseau, programmation informatique ...
Les pirates tunisiens défient Microsoft
 
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bac Tunisie Algorithmique et programmation : BAC INFORMATIQUE En Tunisie forum informatique Tunisie Index du Forum -> ::: Divers sujets:: -> Discussions, Echanges
hg Sujet précédent :: Sujet suivant   hd
Auteur Message
KARIMOS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 1 710
Masculin
Point(s): 5 479
Moyenne de points: 0

Posté le: Jeu 23 Déc - 18:13 (2010)    Sujet du message: Les pirates tunisiens défient Microsoft Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
(Syfia Tunisie) En Tunisie, plus d'un logiciel sur deux est une copie. Le piratage arrange tout le monde sauf Microsoft qui a essayé d'y mettre bon ordre. Sans succès jusque là…
En plein centre de Tunis, la galerie commerciale « 7 novembre » est depuis deux ans un des hauts lieux de la piraterie informatique. Les boutiques qui offrent les copies illégales des dernières versions de logiciels et autres produits virtuels ne désemplissent pas. Les catalogues empilés sur les comptoirs s'arrachent comme des petits pains. Ici tout se vend, tout s'achète : du dernier-né de Microsoft ou d'Adobe en passant par les derniers tubes à la mode, les films les plus récents, les CD-rom éducatifs… Les prix défient tout concurrence : 2 dinars (1,481 euro) pour un CD avec numéro de série valide ! « Des logiciels en veux-tu en voilà ! » commente un informaticien, venu s'approvisionner dans cette caverne d'Ali Baba informatique. L'opération « ordinateur familial » lancée par l'Etat pour permettre au Tunisien moyen de s'équiper à crédit a donné un coup de fouet à la contrefaçon des logiciels informatiques. Plus de 60 000 demandes de prêts ont été satisfaites par la BTS, une sorte de banque des pauvres, qui prête sans réelles garanties, dans le cadre de cette opération. Selon la Business Software Alliance, une organisation internationale qui regroupe des éditeurs de logiciels et publie des rapports périodiques sur le piratage, le taux de ce dernier tourne en Tunisie aux alentours de 53 % .Autrement dit plus d'un logiciel sur deux est une copie. Pour le grand Tunis, il existerait un millier de faussaires plus ou moins artisanaux ; les industriels de la contrefaçon ne sont, en revanche, guère nombreux.

Contrefaçon sans façons

Alors que le dernier-né des systèmes d'exploitation de Microsoft, Windows XP, coûte la bagatelle de 280 dinars (207 euros), les réseaux pirates le proposent au prix quasi-symbolique de 5 dinars. « Le coût des logiciels reste élevé pour le Tunisien moyen. Lorsqu'il achète un PC 1000 dinars et qu'on lui demande d'en débourser autant pour le faire tourner, il est évident qu'il vient voir du côté de chez nous », explique Karim, qui dirige une des boîtes qui compte parmi les plus achalandées grâce à « la qualité de ses copies ». Au-delà des questions d'éthique, pirater est devenu un métier à part entière. Le nombre toujours croissant de ceux qui le pratiquent semble même lui avoir donné une certaine légitimité sociale. Un professionnel de la place, éditeur d'une série de CD-rom d'éveil pour les enfants s'en plaint : « Le piratage est un fléau mondial, incontrôlable au niveau des personnes mais fermer les yeux sur sa professionnalisation risque d'encourager une culture peu soucieuse des droits d'auteurs ». Le phénomène est à rebours de toute logique économique. La contrefaçon des logiciels prive l'Etat de la plus-value fiscale considérable générée par les ventes soumises à la TVA. Le secteur de l'informatique, un des plus florissants du pays, se retrouve amputé de l'une de ses sources de revenus les plus porteuses : la revente de logiciels licenciés. Selon un revendeur, ce créneau ne représente aujourd'hui que 5 % du chiffre d'affaires du secteur. « 80 % de nos bénéfices viennent de la ‘quincaillerie' et des services après-.vente », indique-t-il. Mais le piratage a d'autres effets pernicieux. La contrefaçon tend à freiner les investissements étrangers et décourage de plus en plus les éditeurs internationaux d'adapter les logiciels et autres softwares (CD-rom éducatifs et encyclopédies multimédias) aux spécificités locales de pays comme la Tunisie. « La plupart des logiciels ne supportent pas la langue arabe et Internet ne la parle que depuis deux ans », explique Hatem Toulgui, journaliste au magazine L'Informatique. « Les éditions Maghreb et Moyen-Orient de plusieurs suites logicielles, notamment graphiques, ont disparu ces dernières années car les investissements consentis par leurs éditeurs n'ont pas été amortis faute de ventes licenciées », indique pour sa part Aïda Kader, graphiste

Raisons d'Etat

L'existence d'une loi qui règle théoriquement la question n'a pas suffi à apaiser la polémique autour du piratage, déclenchée depuis 1999, date à laquelle la firme américaine Microsoft crée une filiale en Tunisie. La puissante multinationale s'installe avec l'intention déclarée de faire le gendarme et de protéger ses produits. Plus de 400 mailings sont envoyés aux opérateurs du secteur informatique rappelant entre autres ladite loi. L'Etat tunisien se met de la partie en créant l'Office pour la protection des droits d'auteurs et lance une campagne de sensibilisation. Deux ans plus tard, les pirates sont toujours là. Selon Rabeh Bou Sagha, économiste, le règlement de la question du piratage n'arrange guère l'Etat tunisien, du moins pour le moment. « La stratégie des pouvoirs publics de vulgariser la culture informatique et le risque d'hémorragie de devises que peut engendrer l'importation des différents logiciels et autres produits similaires sont deux raisons qui font que le statu quo va être maintenu malgré les pressions des multinationales », estime-t-il. Aujourd'hui, Microsoft Tunisie est en restructuration et son directeur général, Fayçal Bouchlaghem, part pour Singapour. Bataille ou guerre perdue ?


 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






Posté le: Aujourd’hui à 19:25 (2016)    Sujet du message: Les pirates tunisiens défient Microsoft

 
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
bg bd
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bac Tunisie Algorithmique et programmation : BAC INFORMATIQUE En Tunisie forum informatique Tunisie Index du Forum -> ::: Divers sujets:: -> Discussions, Echanges Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
 
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation